Quelle alimentation prévoir pour un chat stérilisé ?

La stérilisation du félin, qu’il soit mâle ou femelle, entraîne chez votre animal un changement de métabolisme. Il va donc falloir modifier son alimentation en conséquence afin de garder votre chat stérilisé en bonne santé malgré ce bouleversement majeur.

Un chat stérilisé peut rapidement être en surpoids

Les besoins naturels du chat vont changer après stérilisation ou castration. En effet, les besoins énergétiques de votre animal vont diminuer de 20 à 30% en moyenne mais pas sa faim ! Donc à moins de l’affamer, méthode très frustrante pour votre félin, il va falloir lui choisir une alimentation de qualité qui répond à ses besoins spécifiques, en particulier pendant les deux mois qui suivent l’opération. Eh oui, minou va devenir bien moins actif après la stérilisation et si la densité énergétique reste la même, il risque bien de souffrir rapidement d’embonpoint. Vive les croquettes allégées et l’exercice physique, que ce soit en extérieur ou en jouant avec lui s’il ne sort pas de chez vous !

Une alimentation adaptée et de qualité implique : une teneur en matières grasses réduite, des protéines de qualité et une quantité suffisante de fibres pour lui assurer une bonne digestion et une sensation de satiété. Ce sera également le cas si vous optez pour des croquettes grain free. Veillez enfin à ce que la teneur en vitamines et minéraux soit suffisantes pour son équilibre. 

Autre risque lié à la castration : les calculs urinaires

L’alimentation animale d’entrée de gamme est généralement mal équilibrée en minéraux par exemple et ne contribue pas suffisamment à acidifier les urines du chat. Cela nous permet donc d’aborder la deuxième conséquence importante de la stérilisation de votre félin : elle entraîne des modifications au niveau du tractus urinaire, ce qui augmente vraiment le risque que votre animal développe des calculs urinaires pouvant être à l’origine de cystites chroniques ou d’obstructions de l’urètre. Plus globalement, les conséquences sur les reins de votre matou peuvent être dramatiques si vous ne vous en rendez pas compte à temps.

Mais cette prédisposition aux calculs rénaux n’est pas une fatalité ! Veillez à toujours lui donner suffisamment à boire à côté de ses croquettes : le remplissage de la vessie et les mictions régulières permettent de prévenir efficacement la formation de calculs et les infections urinaires. Si vous constatez que votre chat boit peu, remplacez une partie de ses croquettes par un aliment humide (type pâtée) qui contribuera aux apports en eau dont il a besoin, sans augmenter sa ration journalière bien sûr.

La modification du régime alimentaire de votre animal ne doit pas se faire trop brutalement. Une dizaine de jours sera sans doute nécessaire pour qu’il s’habitue à sa nouvelle hygiène de vie.