Les abandons : quelles conséquences et quelles solutions

En France, près d’un foyer sur deux possède au moins un animal de compagnie. C’est qu’on les aime nos chers et fidèles compagnons ! Vraiment ? Avec 100 000 animaux abandonnés chaque année, la France est championne d’Europe de l’abandon.

 

Quelques chiffres

 

En France, on compte environ 13 millions de chats et 8 millions de chiens.

Toutes les heures, ce sont plus de 11 animaux domestiques qui sont abandonnés, soit environ 100 000 abandons par an, dont 60 000 l’été.

En 2018, la SPA recense un tiers d’abandons supplémentaires, à hauteur d’une trentaine par semaine. En trois ans, le nombre d’abandons a augmenté de 20% pour les chats et 6,5% pour les chiens.

Environ deux tiers des animaux abandonnés sont des chats, un tiers des chiens.

 

Que dit la loi ?

 

Si le terme « abandon » n’apparaît pas clairement dans les textes de loi, cet acte est considéré comme faisant partie de ceux relevant de la cruauté envers un animal (maltraitance). Ce délit est puni d’une peine pouvant aller à 30 000 € d’amende et deux ans d’emprisonnement.

 

Les conséquences pour l’animal

 

Chiens et chats domestiques sont dépendants de l’homme. Ils ne sont pas adaptés à la vie à l’état sauvage, que ce soit en pleine nature ou en milieu urbain. Ils ont besoin de l’homme que ce soit pour leurs besoins physiques ou psychologiques.

 

Souffrance physique

 

Lorsqu’ils sont abandonnés sur la voie publique ou dans la nature, les animaux sont livrés à eux-mêmes et sujets à tous types de souffrances :

  • déshydratation, pouvant sévèrement endommager les reins et d’autres organes, et engager rapidement le pronostic vital de l’animal
  • dénutrition ou malnutrition, pouvant entraîner la perte de poids, le développement de pathologies (diabète, troubles digestifs chroniques, etc.)
  • hyperthermie (voir notre article sur la canicule)
  • hypothermie
  • blessures causées par les liens s’ils sont attachés
  • infestation de puces ou autres parasites
  • infections ou maladies liées à l’environnement (insalubrité, intempéries, etc.)
  • stress pouvant déclencher des pathologies dormantes

Attention ce n’est pas parce qu’un animal est abandonné dans un lieu permettant sa prise en charge rapide, qu’il est à l’abri de souffrances physiques. Il est très important que la personne ou structure qui recueille l’animal connaisse son passé et ses éventuels antécédents médicaux, s’il suit un traitement etc.

En outre un animal, même laissé entre de bonnes mains, subira toujours une part plus ou moins importante de stress, pouvant avoir de graves répercussions sur sa santé.

 

Souffrance psychologique

 

Chiens et chat sont des animaux sensibles. Comme nous, ils aiment les démonstrations d’affection. Comme nous, ils aiment avoir un endroit où ils se sentent chez eux et en sécurité. Comme nous, ils aiment être auprès de ceux qui les rendent heureux. Comme nous, ils s’attachent à leurs proches, qu’ils soient de leur espèce ou humain, que ce soit réciproque ou non.

La seule différence est que nous ne leur demandons pas leur avis, et qu’ils subissent tous nos choix, qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient anodins ou conséquents.

Ils nous aiment inconditionnellement et nous font confiance.

Trahir cette confiance peut avoir des conséquences désastreuses sur leur santé.

La séparation, qu’elle qu’en soit la raison, l’animal n’est pas en mesure d’en comprendre le pourquoi du comment. Du jour au lendemain tout son monde est bouleversé.

L’abandon est bien souvent un réel traumatisme pour l’animal, pouvant impacter à vie son comportement et sa santé. Ils sont comme nous sujets à la dépression. De longs mois sont parfois nécessaires pour qu’un animal abandonné reprenne confiance en l’homme.

Enfin il n’est pas rare, chez le chien aussi bien que chez le chat, que l’animal se laisse mourir de faim suite à un abandon.

 

Quelles solutions ?

 

En cas de difficultés rencontrées avec votre animal

 

Vacances

De nombreuses solutions existent pour partir en vacances avec ou sans son animal, sans que celui-ci n’en pâtisse. Pour plus d’informations, consultez notre article sur le sujet.

 

Soins vétérinaires

Les frais vétérinaires peuvent vite grimper en cas de soucis de santé.

En cas de difficultés financières ponctuelles, vous pouvez par exemple voir avec votre vétérinaire s’il accepte les paiements en plusieurs fois.

Si vous en avez la possibilité, pensez à demander à un proche de vous prêter de l’argent. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide, à condition de pouvoir rembourser plus tard et/ou de vous entendre sur un échange de service par exemple.

Étudiez vos dépenses et essayez de voir où vous pouvez faire des économies.

Si vous ne parvenez pas à trouver de solution suffisante, téléphonez ou rendez-vous dans un refuge SPA et exposez clairement votre situation et les soins dont a besoin votre animal. Ils tâcheront de vous conseiller et de vous aider au mieux.

 

Comportement

Mal gérés, les comportements indésirables des chiens et des chats peuvent vite rendre la vie impossible. En cas de difficultés, demandez conseil à votre vétérinaire, ou encore à un comportementaliste. Pour plus de détails sur les comportements indésirables et leurs solutions, vous pouvez consulter notre article sur le sujet.

 

Prévenir plutôt que guérir

 

Adoption responsable

On ne le répétera jamais assez, un animal n’est pas un objet. C’est un être sensible, avec ses besoins.

Certes nos compagnons nous apportent beaucoup de bonheur, mais prendre soin d’un animal c’est aussi beaucoup de contraintes. Il faut s’en occuper tous les jours quoiqu’il arrive. Il faut les nourrir, les occuper, les éduquer, etc. Ils peuvent occasionner des dégâts dans la maison ou le jardin, peuvent tomber malade, compliquer l’organisation des vacances, etc.

Tout cela demande du temps, et a un coût qu’il faut anticiper.

Entretenir un chien coûte en moyenne environ 1 500 euros par an, et un chat 800 euros.

Adopter un chien ou un chat est un engagement sur le long terme. Un chien vit environ 12 ans, et un chat 20 ans.

Par ailleurs, il faut tenir compte de l’environnement dans lequel vous allez accueillir votre compagnon. Suivant son espèce, sa race et son caractère propre, un animal n’a pas forcément les mêmes besoins d’espace. Tous les animaux ne sont pas sociables (avec les humains ou les autres animaux), etc…

Réfléchissez bien à tout ce qu’implique d’avoir un animal, et surtout voyez tout cela sur le long terme.

 

Adopter plutôt qu’acheter

Vous avez bien réfléchi et êtes prêt à accueillir un compagnon dans votre foyer ?

Privilégiez les adoptions dans les refuges :

  • Vous aiderez l’animal que vous adoptez et qui a grand besoin d’une famille aimante.
  • Vous aiderez du même coup un second animal qui pourra prendre sa place dans le refuge, ceux-ci étant bien souvent saturés.
  • Vous pourrez réellement choisir votre animal : avoir des interactions avec lui, vous promener avec avant adoption s’il s’agit d’un chien, choisir un animal sociable avec d’autres animaux si vous en possédez déjà un, choisir un animal qui apprécie les enfants si vous en avez ou prévoyez d’en avoir à plus ou moins long terme, etc.
  • On y trouve des animaux de toutes races et de tous âges. Bien souvent on a une idée précise de ce que l’on voudrait (telle ou telle race, un jeune, etc.). Rendez-vous dans un ou plusieurs refuges, et passez un peu de temps avec chaque pensionnaire. Vous pourriez être surpris.
  • Vous bénéficierez de conseils adaptés à votre situation.
  • Les animaux en refuges ne demandent qu’à être aimé et retrouver une vraie vie de famille durable.
  • Ils sont déjà pucés, vaccinés, et stérilisés
  • Les chiens proposés à l’adoptions ont été rééduqués par les équipes du refuge, et celles-ci pourront vous aider en cas de difficultés.
  • Certains animaux (trop âgés, ou avec certaines pathologies) sont proposés à « l’adoption » au frais de la SPA. Vous le prenez chez vous en tant que famille d’accueil définitive, mais il reste la propriété du refuge, qui prend en charge tous les frais de nourriture et de soins.

Si vraiment vous ne trouvez pas votre bonheur dans un refuge, il est possible de se tourner vers un éleveur. Faites très attention aux conditions de vie des animaux.

N’ACHETEZ EN AUCUN CAS UN ANIMAL SUR INTERNET OU EN ANIMALERIE.

 

Stérilisation

Le saviez-vous ? Un couple de chats peut avoir 20 000 descendants en 4 ans.

S’il sort, même occasionnellement, stériliser votre animal est un acte responsable indispensable et très important pour le bien-être animal.

Aujourd’hui en France, sur les 13 millions de chats estimés, seuls 5,8 millions sont enregistrés dans l’I-CAD malgré l’identification obligatoire. Selon la SPA, un certain nombre d’idées reçues empêchent la démarche de stérilisation. Beaucoup imaginent que le chat est autonome et vit très bien dehors. Pourtant, la vie du chat libre est bien souvent une vie de misère. Livrés à eux-mêmes, les chats sont victimes de la faim, des maladies, des accidents ou de la maltraitance. Ils sont chassés et risquent l’euthanasie en fourrière. Un chat de famille a une espérance de vie de 15 à 20 ans, alors que le chat de rue atteint 2 à 5 ans maximum.

En outre, la stérilisation a de nombreux avantages pour votre animal et pour vous :

  • protection contre des maladies infectieuses
  • protection contre des maladies hormonales
  • arrêt des marquages urinaires
  • arrêt des miaulements ou aboiements intensifs liés à la recherche d’un ou d’une partenaire
  • diminution des risques d’accident (un chat non stérilisé a un territoire bien plus vaste, et parcours parfois de grandes distances à la recherche d’un ou d’une partenaire, augmentant considérablement les risques de se faire renverser par une voiture)
  • diminution des fugues et des risques de vol (pour les mêmes raisons)

 

 

 

Les abandons en France sont extrêmement nombreux chaque année, et particulièrement en période estivale, causant énormément de souffrances physiques et psychologiques.

Réfléchissez bien avant d’adopter ou d’acheter.

En cas de difficultés, de nombreuses aides sont possibles que ce soit pour le comportement de votre animal, pour les problèmes de temps, les problèmes financiers, etc. L’abandon ne doit être envisagé qu’en tout dernier recours, en prenant rendez-vous dans un refuge. Les animaux sont des êtres sensibles comme vous et moi.

Stérilisez votre animal pour ne plus participer à ce cercle infernal, et encouragez votre entourage à faire de même.

Adoptez plutôt qu’achetez. Boycottez absolument les ventes d’animaux en animalerie et sur internet. Sensibilisez votre entourage.

Si vous avez des enfants, ne négligez pas l’impact de votre propre comportement avec les animaux : transmettez les comportements responsables à avoir.

Cessons de considérer les animaux comme simples objets de consommation.