Comportements indésirables du chien et du chat : que faire ?

Votre chien ou votre chat a un comportement gênant ? Les comportements indésirables sont source de stress et d’énervement tant pour vous que pour votre animal et votre entourage. Pour y remédier il convient en premier lieu d’en déterminer l’origine, afin d’y apporter les solutions adéquates.

 

Comportements indésirables

Chez le chien :

–  aboiements à outrance, plaintes et glapissements
–  destruction d’objets
–  malpropreté
–  agressivité
–  comportement sexuels
–  fugues

Chez le chat :

– malpropreté
– griffures sur le mobilier, les tapisseries, etc.
– miaulements incessants chez la femelle
– agressivité

 

Pour remédier au comportement gênant de votre chien ou de votre chat, il convient avant tout d’en déterminer la cause.

 

Réaction à un stimulus

Votre animal réagit à des situations. Si vous donner de l’attention, des caresses ou une friandise à votre animal qui glapit ou qui mendie, il associera votre geste à son action. Faites attention à ne jamais récompenser un comportement indésirable. Ignorez-le et récompensezle lorsqu’il est calme. S’il n’y a plus de récompense à son mauvais comportement, il n’y a plus de comportement indésirable, c’est la méthode de l’extinction.

 

Environnement inadapté

Votre chat urine hors de sa litière ? Cela peut signifier que celle-ci ne lui convient pas : si elle est sale, trop proche de sa nourriture, dans un lieu trop ouvert ou encore que son odeur ou celle du désinfectant utilisé ne lui plaît pas. Placez sa litière dans un endroit délimité et tranquille, loin de sa nourriture.

Votre chat fait ses griffes n’importe où ? Faire ses griffes lui permet entre autres de faire partir les griffes mortes qui laisseront places aux nouvelles. C’est également un mouvement de détente. Il est important de lui mettre à disposition au moins un support sur lequel il pourra faire ses griffes. Lorsque vous surprenez votre chat à griffer une surface inadaptée, signifiez-lui sans violence qu’il ne doit pas le faire, montrez-lui immédiatement son griffoir et grattez en la surface avec vos ongles pour qu’il associe bien l’objet à son utilisation. Il est important de répéter cette manœuvre à chaque fois que la situation se présente. Ne vous contentez pas de dire non, montrez-lui qu’il a le droit de faire ses griffes sur le support prévu à cet effet. Vous pouvez également donner une récompense à votre chat lorsqu’il utilise son griffoir.

 

Stress

Les chiens et les chats sont attachés à leurs habitudes et il suffit de peu pour les déstabiliser. Un nouveau meuble ou encore un changement d’ambiance au sein du foyer peut le perturber et occasionner du stress. Un déménagement, un voyage en voiture ou une visite chez le vétérinaire peuvent également être une source de stress pour votre animal.

Chez le chat, la présence d’un congénère dans les environs peut également s’avérer angoissant. Le stress peut provoquer certains troubles, comme le fait d’uriner hors de la litière. En déposant ainsi son odeur, le chat tente de se rassurer. Ne le grondez pas : cela ne ferait qu’aggraver son état de stress. Parlez-lui avec douceur, caressez-le et tâchez de le rassurer. Vous pouvez également l’aider en utilisant un spray ou un diffuseur à phéromones (Feliway). Le chat dépose des phéromones lorsqu’il se frotte à des objets, fait ses griffes et lorsqu’il urine. Feliway reproduit les propriétés apaisantes de certaines phéromones, et votre chat se sentira de nouveau en sécurité.

Le stress peut également provoquer des comportements indésirables chez le chien, tels que des aboiements excessifs, malpropreté et comportement destructeur. Le stress peut être provoqué par un changement dans son quotidien ou son environnement, un traumatisme, une phobie (orage, feux d’artifices, etc.), l’anxiété de la séparation avec son maître, ou encore l’ennui ou l’absence d’activité physique.

Si vous avez établi ce qui est à l’origine de la peur de votre chien (bruit, objet, etc…), vous pouvez tenter une méthode de désensibilisation : il faut soumettre le chien de façon prolongée à ce qui lui fait peur, tout en le rassurant. Les conditions doivent minimiser le danger : présence rassurante du maître, espace permettant de fuir, etc.

Comme pour le chat, il existe des diffuseurs à phéromones (Adaptil chien) qui aident à apaiser l’anxiété de votre animal. Les chiens ont besoin d’un cadre de vie stable et équilibré. Il est également important de lui faire faire des activités mentales et physiques.

Le manque d’occupation du chien peut également être à l’origine de fugues.

Si votre chien ou chat est très sensible au stress, parlez-en à votre vétérinaire qui pourra prescrire des anti-stress comme le Zylkène, gélules à base d’alpha-casozépine. Elles sont dépourvues d’effets secondaires et peuvent être utilisées de façon prolongée.

 

Les hormones

Beaucoup de comportements indésirables sont liés aux hormones. Le chien mâle adopte parfois un comportement sexuel envers des objets ou des personnes, ce qui peut s’avérer très gênant au quotidien. Les hormones peuvent être à l’origine de fugues (un chien peut sentir une femelle en chaleur de très loin), de marquage urinaire et de bagarres entre mâles.

Pour le chien, il existe un test d’inhibition de la testostérone qui permet de mimer les effets de la castration chirurgicale. Vous pourrez ainsi déterminer si les hormones sont bien la cause des comportements indésirables de votre chien. Si c’est le cas vous pourrez recourir à la castration, définitive ou temporaire. Parlez-en à votre vétérinaire.

Le chat aura recourt au marquage urinaire. Lors des chaleurs la femelle pousse des miaulements intensifs pour attirer les mâles. Elle peut aussi adopter une posture d’accouplement. La femelle peut avoir plus de 3 ou 4 périodes de chaleur par an. Les chaleurs durent 2 à 3 semaine et ont lieu généralement tous les 2 mois. Cela peut vite devenir insupportable au quotidien.

Pour le chat, il est recommandé de faire stériliser votre animal. En plus de mettre fin aux comportements indésirables liés aux hormones, vous éviterez des portées non désirées. Il est conseillé de stériliser votre animal avant les premières chaleurs : cela permet également de minimiser les risques de développer plus tard une tumeur mammaire, et supprime les risques de développer une tumeur des ovaires, ceux-ci étant retirés lors de l’opération chirurgicale. Attention, il est fortement déconseillé d’utiliser des pilules contraceptives pour votre chat, cette méthode pouvant entraîner de nombreux effets néfastes (tumeurs mammaires, pyomètre, métrite, diabète, …).

 

Attention, il est important de distinguer le marquage urinaire de la malpropreté et l’incontinence :

Le marquage urinaire consiste en l’émission d’urine par petits jets, généralement sur un support vertical. Non pathologique, le marquage urinaire est un moyen de communication sociale, l’animal déposant des signaux olfactifs (phéromones). Ce comportement est lié aux hormones et disparaît lors de la castration (mâle) ou stérilisation (femelle).

Lors de malpropreté, l’urine est déposée en flaque. Chez le chien, l’apprentissage de la propreté varie avec l’âge et l’éducation du chien. Si le chiot élimine n’importe où, il apprend progressivement à faire ses besoins en dehors du nid puis à l’extérieur. La propreté est un des apprentissages de base chez le chiot. La durée de rétention urinaire normale varie avec l’âge de l’animal. À deux mois, un chiot ne peut pas se retenir plus de deux heures et progressivement cette durée s’allonge pour atteindre 6-8 heures à la puberté. Un chien adulte qui urine dans des lieux inappropriés (à l’intérieur notamment) et/ou à une fréquence inadaptée est considéré comme malpropre.

Un chien ou un chat adulte qui se met soudain à faire preuve de malpropreté ne le fait pas sans raison. Cela peut être causé par du stress, un problème avec la litière de votre chat, ou encore une pathologie.

L’incontinence urinaire est l’incapacité de contrôler volontairement l’émission d’urine. En cas de doute, parlez-en à votre vétérinaire. En cas de pathologie, votre animal aura besoin d’une alimentation adaptée.

Chez les chatons, une douleur articulaire ou osseuse peut également être à l’origine de la malpropreté : le chaton a du mal à se déplacer ou à enjamber le rebord de son bac.

 

Conseils pour prévenir les comportements indésirables

Des actions préventives permettent d’éviter les comportements indésirables de votre animal :

–  accordez-lui beaucoup d’attention
–  jouez avec lui, stimulez-le
–  chien comme chats ont besoin d’espaces et de se dépenser
–  suivez des cours de dressage avec votre chien
–  soyez cohérent dans l’éducation que vous donnez à votre animal
–  sociabilisez votre chien correctement
–  placez la litière de votre chat dans un endroit tranquille, loin de sa nourriture
–  veillez à la bonne hygiène de la litière : retirez quotidiennement les excréments et renouvelez régulièrement l’intégralité de la litière ; nettoyez le bac avec de l’eau de javel (cela désinfecte et les chats en apprécient généralement l’odeur)

 

Si vous ne parvenez pas à déterminer l’origine du comportement indésirable de votre animal, vous pouvez faire appel à un vétérinaire comportementaliste. Il en existe pour les chiens mais également pour les chats !