Mon chien se gratte, pourquoi et que faire ?

Se gratter est un comportement normal chez le chien, mais lorsque cela devient trop fréquent, insistant ou localisé, il faut y prêter très attention. En se grattant, le chien crée des lésions qui peuvent s’infecter. De plus ces lésions accentuent les démangeaisons, entraînant un cercle vicieux. Les démangeaisons chroniques sont très incommodantes pour le chien et risquent d’entraîner une surinfection des lésions.

Pourquoi mon chien se gratte-t-il ?

Les principales causes sont irritatives (shampooing mal rincé, ronces et orties en promenade, bourres de poils), parasitaires (puces, aoûtats, gale), allergiques (piqûres de puces, dermatite atopique) et infectieuses (bactéries).

Parasites

puces : leurs piqûres provoquent de vives démangeaisons. Elles ne sont pas toujours visibles à l’œil nu.

aoûtats : larves rouges de minuscules acariens, invisibles à l’œil nu. Elles se nourrissent de cellules de peau qu’elles pré-digèrent à l’aide d’une enzyme, provoquant des lésions de la peau et des démangeaisons en réaction à l’enzyme injectée. L’infestation se fait de fin juillet à la mi-septembre lors de promenades dans les herbes hautes.

cheylétielles : minuscules acariens invisibles à l’œil nu, qui prolifèrent à la surface de la peau du chien et qui se nourrissent des débris cutanés et de fluides tissulaires. Ils sont responsables d’une pseudo-gale appelée cheylétiellose qui se manifeste par des démangeaisons et la présence de pellicules sur le dos et le cou. L’infestation se fait par contact avec un autre animal infesté ou avec un objet infesté (brosse, couchage…). La cheylétiellose touche surtout les jeunes animaux ou les chiens fragiles et elle est, de par son mode de transmission, plus souvent rencontrée en collectivité.

poux : parasites visibles à l’œil nu dans le pelage de l’animal. Ils déclenchent de fortes démangeaisons et se transmettent par contact direct avec un animal infesté, ou par l’intermédiaire d’objets (brosse, panier, etc.).

demodex canis : acarien responsable de la démodécie. Celle-ci se manifeste par des démangeaisons et la perte de poils. Elle touche principalement les chiots de 2 à 10 mois, mais les chiens adultes dont le système immunitaire est fragilisé ou présentant des troubles endocriniens peuvent en souffrir également.

sarcoptes scabiei : acarien responsable de la gale sarcoptique chez le chien. Il provoque de très fortes démangeaisons. Le chien présente des plaques rouges sur lesquelles on peut voir des boutons et des croûtes. Les plaques se localisent au niveau du contour des yeux, des coudes, ou du ventre. Il est important d’intervenir le plus tôt possible pour éviter que ces lésions ne se propagent.

otodecte cynotis : acarien responsable de la gale des oreilles chez le chien. L’acarien favorise l’augmentation de cérumen qui va prendre une couleur noire. Le chien se gratte fréquemment l’oreille et à secoue la tête. L’intérieur des oreilles sent très mauvais. Des otites peuvent également apparaître.

Allergies

allergie aux piqûres de puces, ou autres parasites externes

dermatite atopique (ou atopie) : il s’agit d’une anomalie génétique de la barrière cutanée, provoquant une sensibilité accrue de la peau aux allergènes alimentaires ou inhalés tels que la poussière, les pollens ou les acariens,

alimentaire : elle peut être provoquée par une protéine, une fraction de protéine ou un additif. Ainsi tout aliment est potentiellement allergisant, et il est difficile de trouver précisément l’élément qui pose problème. Les démangeaisons sont souvent faciales mais peuvent aussi se situer dans la région anale ou encore être généralisées à l’ensemble du corps. L’allergie alimentaire peut également provoquer de l’urticaire. Les symptômes cutanés peuvent s’accompagner de symptômes digestifs (vomissement, diarrhées chroniques), mais ce n’est pas toujours le cas.

allergies de contact : les démangeaisons sont provoquées par un contact avec des produits de différentes natures ; par exemple des shampooings, des produits d’entretien pour sols, des colliers antiparasitaires, des gamelles en plastique, des produits de traitement des pelouses, etc.

Infection fongique

Il s’agit d’une infection provoquée par la prolifération d’un champignon ou d’une levure (comme la Malassezia). Elle touche le plus souvent le conduit auditif, le ventre, les plis, les espaces entre les doigts et la base des griffes, ou encore les babines.

Cette maladie provoque des démangeaisons souvent associées à une séborrhée.

Séborrhée

La séborrhée est une réaction de la peau contre une agression. Elle peut être secondaire ou non à une autre maladie. Les allergies et les maladies parasitaires de la peau vont entraîner la séborrhée. La séborrhée se manifeste par une sécrétion excessive de sébum. Celui-ci recouvre la peau et les poils, et imperméabilise le pelage. Il existe deux sortes de séborrhée : sèche et grasse. La séborrhée sèche se caractérise par la production de pellicules, un pelage terne et rêche, voire de la desquamation (perte des couches superficielles de la peau). La séborrhée grasse, se caractérise par un pelage gras au toucher et dégageant une forte odeur à cause du rancissement du sébum. La plupart des maladies de la peau vont être à l’origine de séborrhées.

Stress

On parle alors de dermatose psychogène. La peau et le système nerveux central ont une même origine embryologique. Cette origine commune explique qu’en cas de stress, l’animal essaye de se calmer en se léchant ou en se grattant de façon compulsive, pouvant aller jusqu’à créer une lésion inflammatoire de la peau (dermatite).

Autres causes possibles

pyodermite : infection bactérienne de la peau qui peut ou non faire suite à une infestation par des parasites, un problème allergique ou un problème endocrinien

calcinose cutanée : elle se manifeste par la présence de nodules (masses prolifératives) durs sur la peau. Elle peut être due à une anomalie du métabolisme du calcium et du phosphore ou encore à la pénétration de sels de calcium au niveau de la peau, consécutives à une lésion cutanée localisée ou diffuse.

présence de tumeurs cutanées

maladie auto-immune de la peau

otite : le chien se gratte les oreilles et secoue la tête

rhinite chronique ou présence de polypes (croissances anormales de tissus en saillie, ou tumeurs bénignes se développant sur les muqueuses) : le chien se gratte au niveau des cavités nasales et des sinus

conjonctivite, blépharite, ou présence de cils ectopiques (poil dirigé vers la cornée) : le chien se gratte au niveau des yeux

bucco-dentaire (abcès dentaire ou une maladie parodontale) : le chien se gratte au niveau des babines

Les signes qui doivent vous alerter

  • votre chien se gratte de manière intensive et répétée
  • votre chien se gratte souvent sur une même zone
  • présence de rougeurs, d’éruption cutanée ou de croûtes
  • signes d’infections de la peau
  • présence de relief sur la peau (épaississement de la peau)
  • perte de poils à l’endroit où votre chien se gratte
  • votre chien se frotte sur le sol ou des objets
  • votre chien mordille ou lèche les zones qui le démangent
  • votre chien secoue sa tête de manière répétée

 Que faire si mon chien se gratte ?

En cas de démangeaisons récentes, la première chose à rechercher sont des débris végétaux, des puces, des bourres de poils, des aoûtats (majoritairement en août-septembre). Vous pouvez faire un shampooing doux (attention à bien rincer le pelage) et administrer un traitement antiparasitaire contre les puces. Parfois, traiter le chien contre les puces ne suffit pas et il faut également traiter son environnement.

Si les démangeaisons perdurent, consultez rapidement votre vétérinaire afin d’empêcher que les choses n’empirent. En premier lieu il faut procéder à un examen dermatologique complet, auquel s’ajoutent souvent des examens complémentaires microscopiques, voire des examens de laboratoire. La consultation d’un vétérinaire est indispensable pour déterminer la cause des démangeaisons, et ainsi permettre la mise en place d’un traitement adapté.