Alimentation et cancer

Combattre un cancer est une épreuve difficile. En adaptant le régime alimentaire de votre chien ou de votre chat, il est possible de l’aider à combattre la maladie elle-même, mais également les effets secondaires liés aux traitements conventionnels tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

 

La dénutrition : causes et effets

De récentes études ont démontré que le tissu tumoral absorbe des nutriments essentiels à l’organisme, provoquant une dénutrition chez l’animal malade.

Les tissus tumoraux sécrètent des substances entraînants la destruction des protéines de l’organisme et des graisses et augmentant la fabrication de glucose (sucre). En effet le glucose est essentiel au bon fonctionnement des cellules cancéreuses. On observe également souvent une chute du magnésium et du calcium chez l’animal malade.

Cette dénutrition a des conséquences directes sur son état général, tels que l’affaiblissement de son système immunitaire, diminuant la capacité de l’organisme à lutter contre les parasites et les infections. Elle entraîne également une réduction des capacités fonctionnelles (fatigue) et de régénération cellulaire (cicatrisation postopératoire).
Le manque de magnésium entraînant également de graves conséquences sur le métabolisme (asthénie, troubles dépressifs, troubles de l’ossification, …)
La dénutrition diminue l’efficacité des traitements et augmente le risque de complications.

Il est donc primordial d’aider l’organisme à lutter contre le cancer en adaptant le plus tôt possible le régime alimentaire de votre animal avec une alimentation faible en glucose et enrichie en protéines et en graisses.

 

La dénutrition : traitements

Donnez une alimentation riche en protéines de bonnes qualités (viande rouge, œufs, …). Évitez les graisses animales et les nerfs. Bannissez les pâtées ou croquettes de premiers prix, fabriquées avec des déchets d’abattoirs et trop riches en graisses saturées et glucides végétaux.

L’alimentation doit être enrichi en acides gras essentiels (huiles de Bourrache, d’Onagre, de Colza…, poissons gras : sardine, maquereau, hareng, anchois…).
Les Oméga 3 et 6 aideraient à ralentir la croissance de la tumeur.
Attention toutefois à ne pas suralimenter votre animal en gras, pour ménager le foie et le pancréas (risque de pancréatite).

L’alimentation doit être pauvre en glucides. En réduisant la quantité de sucre ingérée par votre animal, vous augmentez les chances de ralentir la propagation du cancer et aidez votre animal à mieux le combattre.

L’alimentation doit être enrichie en vitamines B, C et E. Attention, la vitamine B12 est à éviter car elle accélère la division cellulaire, y compris celle des cellules cancéreuses !

L’alimentation doit également être enrichie en oligo-éléments. Le Magnésium notamment, est essentiel et son excès n’est pas dangereux (à éviter cependant si votre chat a une prédisposition aux calculs urinaires type struvite). Le Sélénium associé au Cuivre constitue aussi un bon complément dans le traitement des tumeurs.

Enfin il convient d’enrichir l’alimentation en probiotiques. Ceux-ci participent au bon fonctionnement intestinal et ont aussi un rôle immunitaire prouvé. De plus ils contribuent à protéger l’organisme d’une auto-intoxication, favorable au développement des cellules cancéreuses.

Note :
Si vous donnez de la viande crue à votre animal, attention à respecter la chaîne du froid et à congeler la viande ou le poisson à -20° pendant au moins 3 semaines avant de les donner. En effet le système immunitaire affaibli ne peut pas lutter efficacement contre les parasites et bactéries tels que les salmonelles, l’E.coli, et les Campylobacter qui peuvent être présents dans la viande et le poisson.

 

Plantes médicinales

Des plantes peuvent également être associées à ce régime alimentaire.

La racine de Bardane stimule le foie et participent à l’élimination des déchets et des toxines. Le Chardon-Marie protège le foie des toxines produites par la tumeur et celles induites par la chimiothérapie.

L’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) contient des antioxydants, et limiterait ainsi la prolifération des cellules cancéreuses. De plus, c’est un excellent fortifiant.

 

Quelques conseils

Un animal souffrant d’un cancer a généralement moins d’appétit.
Assurez-vous qu’il soit dans un environnement calme. Et essayez de lui donner de petits repas tout au long de la journée (dans l’idéal au moins 3 ou 4 repas par jour) et essayez de varier son alimentation.
Veillez à ce qu’il boive beaucoup d’eau.

Note :
Le manque d’appétit peut aussi être dû à de la fièvre causée par une infection. Faites examiner votre animal par un vétérinaire pour qu’il vérifie son état de santé général et apporte un traitement adapté.

 

Conclusion

Avec une alimentation adaptée, vous pouvez aider votre chien ou votre chat à combattre le cancer, voire en ralentir la progression.
Attention toutefois, une bonne alimentation à elle seule ne constitue pas un traitement. Si votre animal souffre d’un cancer, il est très important qu’il soit suivi par un vétérinaire, qui pourra adapter le traitement à votre animal et à l’avancée de la maladie.
Adapter le régime alimentaire a pour but d’apporter un soutien supplémentaire aux traitements conventionnels, tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie.
En outre, si votre animal souffre d’insuffisance cardiaque ou rénal, il faudra le prendre en compte dans l’alimentation.
Discutez avec votre vétérinaire avant toute décision, afin de déterminer la meilleure approche et le meilleur traitement pour votre animal.